Une pédagogie très classique et très ouverte

L’Institution Sainte-Catherine de Sienne scolarise 250 élèves de la Maternelle à la classe de 3ème. Fondée et dirigée par les Dominicaines du Saint-Esprit, elle compte 40 ans d’existence. Son projet pédagogique est marqué par le caractère dominicain de l’éducation.

Ainsi, sa finalité est d’éduquer les âmes et de transmettre la foi, structurer et épanouir les intelligences, éduquer à l’exercice de la liberté et former à la lumière de l’Évangile des adultes conscients de leur rôle au sein de la société.

Ses principes éducatifs  sont ceux que préconise l’Église catholique. Tout cela en collaboration étroite avec les parents, premiers éducateurs de leurs enfants.

Éduquer est un acte d’amour, c’est donner la vie. Et l’amour est exigeant, il demande que l’on engage ses meilleures ressources, que l’on réveille sa passion et que l’on se mette en chemin, patiemment, avec les jeunes.– Pape François

Education des âmes

L’éducation chrétienne consiste essentiellement à faire grandir les élèves chaque jour et en toutes choses, par la force de leur baptême, dans le Christ.  Que les élèves n’aient rien tant à cœur que d’apprendre le Christ.– Abbé Berto

Par la découverte du Christ et de son amour au travers des Évangiles.

Par l’enseignement régulier du catéchisme : un programme de catéchisme pour tous est établi de façon appropriée à chaque niveau de classe.

Par la connaissance claire et raisonnée de la foi.

Par une formation à la vie de prière.

Par la proposition d’une vie sacramentelle.

Par la participation aux cérémonies religieuses.

Formation des intelligences

L’éducateur, dans les écoles catholiques, doit se montrer avant tout très compétent, qualifié, tout en étant riche d’humanité, capable d’être au milieu des jeunes avec un style pédagogique, pour favoriser leur croissance humaine et spirituelle.– Pape François

Acquisition d’une solide formation intellectuelle : développement de l’intelligence et du jugement visant à l’obtention d’un esprit objectif.

Développement de la réflexion et de la pensée personnelle.

Suivi attentif de l’élève : acquisition de méthodes de travail.

Etudes littéraires et philosophiques favorisées pour apprendre à l’élève à penser juste, à mettre de l’ordre dans ses idées, à discerner les nuances, à rédiger avec aisance, à poser les bonnes questions et à cerner les problèmes.

Formation qui prépare les élèves à la poursuite d’études supérieures et à la vie professionnelle.

Education à l'exercice de la liberté et de la responsabilité

Le Concile du Vatican s’adresse à tous, mais tout particulièrement à ceux qui ont mission d’éduquer les autres, pour les exhorter à former des hommes qui, dans la soumission à l’ordre moral, sachent obéir à l’autorité légitime et aient à cœur la liberté authentique.– Dignitatis Humanae, 8.

Dans un climat de confiance, d’entrain et d’affection, apprendre à choisir ce qui est bon, vrai et beau pour acquérir progressivement une plus grande liberté, s’initier à la joie profonde de la vie, et ainsi se préparer à sa responsabilité d’adulte :

Par la formation de la volonté, du caractère et du cœur. Une autorité bienveillante et ferme assure l’ordre et la paix, tout en laissant une large part à la spontanéité des tempéraments.

Par l’éducation de l’esprit d’initiative et du sens des responsabilités

Par le développement des dons propres à chaque élève au travers d’activités diverses : arts plastiques, théâtre, chorale, petits ateliers…

En donnant l’occasion de mettre ses richesses au service des autres à travers diverses rencontres, dans les maisons de retraite par exemple, pour apporter aux personnes âgées ou handicapées le soutien d’une jeunesse vivante et gaie…

Par la participation à des initiatives culturelles ou sociales qui sensibilisent les élèves aux problèmes civiques.

La communauté éducative

Les jeunes ont besoin d’une qualité d’enseignement et en même temps de valeurs, non seulement énoncées, mais témoignées. La cohérence est un facteur indispensable à l’éducation des jeunes. La cohérence ! On ne peut faire grandir, on ne peut éduquer sans cohérence : cohérence et témoignage.– Pape François

Une réelle harmonie entre les parents et les éducateurs : elle doit se traduire par l’adhésion  de chacun (professeurs, parents et élèves) au caractère dominicain de l’éducation, la collaboration à sa réalisation et une réelle cohérence de vie.

Un but commun : la formation intégrale de la personne.

La poursuite d’un idéal exigeant.